RFK Center - Defending Human Rights In This World
  • en
  • it

Press Releases
Un défenseur des droits de l’homme brutalement attaqué par la Police marocaine

Le gouvernement marocain accentue la répression alors que l’Envoyé Spécial des Nations Unies visite les territoires contrôlés du Sahara Occidental

Pour répondre à cette escalade de la violence au Sahara Occidental, le Centre RFK a lancé une pétition appelant le Président des Etats Unies à appuyer l’établissement d’un mécanisme d’observation des droits de l’homme : http://www.change.org/petitions/end-human-rights-violations-against-the-people-of-western-sahara-2.

(Le 2 novembre 2012, El Ayoun, Maroc) La lauréate du prix Robert F. Kennedy des droits de l’homme, Aminatou Haidar, est la dernière victime de la brutalité policière et de violence systématique des autorités marocaines à l’encontre du peuple Sahraoui. Le Centre Robert F. Kennedy pour la Justice et les Droits de l’Homme (Centre RFK) a reçu cette semaine plusieurs rapports faisant état d’actes de répression et d’assauts des forces de police contre des civils dans la ville d’El Ayoun, capital du Sahara Occidental, un territoire contrôlé par le Maroc, alors que l’Ambassadeur de l’ONU, Christopher Ross, arrivait dans la région.

« Le fait que les violences contre les Sahraouis continuent et s’accentuent pendant la visite de l’Ambassadeur Ross démontre la nécessité de construire un dialogue global sur la situation des Sahraouis. Le gouvernement marocain croit que la communauté internationale ne le tiendra pas responsable de ces violations des droits de l’homme répétées. Nous devons lui prouver le contraire », a déclaré Kerry Kennedy, Présidente du Centre RFK.

L’Ambassadeur Ross est l’Envoyé Spécial de l’Organisation des Nations Unies pour le Sahara Occidental, un territoire que le Maroc occupe militairement depuis 1975 malgré les appels à l’organisation d’un référendum en faveur de l’autodétermination. Il réalise actuellement une visite dans le cadre de la mission de maintien de la paix des Nations Unies au Sahara Occidental, la MINURSO. Quarante ans après le cessez-le-feu, le peuple Sahraoui fait l’objet d’actes de torture, de détentions arbitraires, de disparitions forcées, et d’autres violations graves des droits de l’homme par les autorités marocaines, alors que la mission de maintien de la paix des Nations Unies ne dispose pas d’un mécanisme d’observation des droits de l’homme.

« C’est inacceptable que, malgré les preuves évidentes de violence contre le peuple Sahraoui, la communauté internationale et l’Organisation des Nations Unies refusent d’inclure un mandat de surveillance des droits de l’homme dans la mission de maintien de la paix » a commenté le directeur du programme Partenaires pour les Droits de l’Homme du Centre RFK, Santiago A. Canton.

En début de semaine, la Présidente de CODESA et lauréate du Prix des Droits de l’Homme du Centre RFK, Aminatou Haidar, a été contrôlée par des officiers de police à l’extérieur du siège de la mission des Nations Unies et placée sous surveillance policière. Ses appels téléphoniques et courriers électroniques sont surveillés, et sa connexion internet a été coupée. En plus du harcèlement croissant dont a été victime Aminatou Haidar, le Centre RFK a été informé que des coupures de courant ont été provoquées par des officiers de police dans certains quartiers de la ville, d’effractions de domiciles privés, et d’actes d’intimidation à l’encontre de personnes perçues comme de possibles opposants à l’occupation marocaine.

Le jour suivant, le 1er novembre, après sa rencontre avec l’Ambassadeur Ross, Madame Haidar a été attaquée et sa voiture détruite par les forces de police. L’assaut a duré quatre heures laissant sa sœur et sa fille enfermées à l’intérieur de la voiture pendant que les officiers lançaient des pierres aux fenêtres. Mme Haidar a été jetée au sol, battue, et menacée avec un couteau. Après l’attaque, elle a présenté deux hématomes de la forme d’un ballon de football américain. Le gouvernement marocain a démenti que de tels faits se soient déroulés.

Après la réalisation d’une mission d’observation des droits de l’homme au Sahara Occidental en septembre dernier, le Centre RFK a rendu ses observations préliminaires sur la situation des droits de l’homme dans les territoires du Sahara Occidental contrôlés par le Maroc. La délégation a constaté sur place les actions d’intimidation et la violence d’Etat que les opposants au régime marocain subissent chaque jour. Malgré les violences systématiques contre le peuple Sahraoui, l’Organisation des Nations Unies continuent d’ignorer l’urgence d’inclure un mécanisme de protection des droits de l’homme dans le mandat de la MINURSO. Pour répondre à cette escalade de la violence au Sahara Occidental, le Centre RFK a lancé une pétition appelant le Président des Etats Unies à appuyer l’établissement d’un mécanisme d’observation des droits de l’homme : http://www.change.org/petitions/end-human-rights-violations-against-the-people-of-western-sahara-2.


FacebookTwitterFlickrYouTube
Banner
Banner
Banner
Banner
Banner
Banner
Banner
Banner